Les vins d'amateurs ne peuvent être commercialisés. Des situations variées sont cependant tolérées, faute d'avoir des règles précises et adaptées. Ainsi, leur consommation est possible en cercle restreint, comme il est admis de fait qu'ils soient vendus lors de ventes à caractère caritatif, pour des oeuvres sociales, éducatives. L'appartenance à un cercle restreint, lorsqu'il s'agit d'association, consiste à en être membre. Ces mode de circulation des vins d'amateurs sont qualifiés de diffusion pour éviter une confusion avec la commercialisation. Il n'est pas question de prix de vente mais seulement d'indemnité destinée à couvrir une partie des frais d'exploitation et non pas à assurer une marge bénéficiaire.

 

Lorsque les vins d'amateurs sont présentés au public, ils doivent respecter les règles d'étiquetage européennes et françaises pour les vins sans indication géographiques. Un guide d'étiquetage et des exemples d'étiquettes sont donnés pour les vin blanc, vin rouge, vin rosé, vin gris et vin mousseux produits par des amateurs. La recherche d'une présentation artistique laisse place aux informations obligatoires.

Les amateurs ne peuvent utiliser dix-sept termes sur leurs étiquettes. Les mentions « château », « clos », « cru » et « hospices » sont réservées aux vins bénéficiant d'une appellation d'origine protégée. De même pour les mots : « abbaye », « bastide », « campagne », « chapelle », « commanderie », « domaine », « mas », « manoir », « monastère », « monopole », « moulin », « prieuré » et « tour » sont réservés aux vins bénéficiant d'une appellation d'origine protégée ou d'une indication géographique.

La contre-étiquette complète l'information du consommateur par des éléments techniques et historiques relatifs à l'élaboration du produit, au lieu de production, au vigneron, à la vigne. Son contenu est de nature culturelle.

 

Les conseils en vinification sont donnés sur demande. Des schémas types de vinification peuvent aider les néophytes mais rien en vaut l'étude des bons auteurs et l'expérience avec un bon conseiller.

Des analyses de moûts et de vins sont nécessaires pour bien conduire la vinification et l'élevage jusqu'à la mise en bouteille. Les membres de VFR accèdent à la liste des conseillers et laboratoires inscrits dans le collège 4 des métiers pro-vigne et à une liste de conseils ciblés sur des cas précis assez faciles à reconnaître par un amateur.

 

Le vin d'amateur est mis en bouteille de contenance recommandée 50 cl ou 75 cl, voire 37,5 cl, 20 cl ou 150 cl. Les bouteilles protégées par la réglementation européenne pour certains vins ne peuvent être utilisées : flûte d'Alsace, cantil (Allemagne, Italie, Grèce, Portugal), clavelin (Jura, Arbois, Étoile, Château Chalon), tokaj (Hongrie).

Le bouchage est obtenu avec des bouchons de liège naturel ou aggloméré, synthétiques, ou par capsule à vis.

Le surbouchage est réalisé par des capsules neutres à sertir ou en plastique thermorétractable.

Le volume de vin dans le contenant doit correspondre à son indication sur l'étiquette. Les bouteilles réalisées selon les normes européennes comportent une indication de niveau à respecter pour cela.

 

Les conseils généraux en viticulture sont donnés en page d'accueil et dépendent souvent de la météorologie. Un historique cumule les conseils. Il est complété par une synthèse des conditions météorologiques et sanitaires. Des conseils particuliers sont donnés sur demande.

Des analyses de sols et de feuilles aident à mieux maîtriser les amendements et la qualité des raisins. Les membres de VFR accèdent à la liste des conseillers inscrits dans le collège 4 des métiers pro-vigne et à une liste de conseils ciblés sur des cas précis assez faciles à reconnaître par un amateur.